Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 06:26

Plus fragile qu’un miroir brisé d’un coup d’un seul,
Notre cœur, notre chair exposent leurs fêlures
Aux gestes, aux mots aux regards, si souvent assassins,
Portés tout contre nous au gré ou à l’insu. 

Plus légère que fétu, notre âme s’évanouit
Et se transforme en larme, en douleur et en peur
Comme le cristal sensible à la moindre chiquenaude
Dès qu’oubli ou mépris viennent nous dénier. 

Les pleurs, ces derniers mots, disent à peine la souffrance
De ce « tu es » tué où se meurt déjà la vie
Incendie de l’orgueil et brûlure sur la peau,

L’insulte et la brimade essaient de mettre le feu,
Et notre être y consume si rien n’arrête la flamme,E
Et sa gueule nous dévore

Partager cet article

Repost 0
Published by tydé - dans l'amour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de tydé
  • Le blog de tydé
  • : A quoi servent les mots sinon à être dits pour opposer aux maux un peu de notre vie ?
  • Contact

Recherche

Liens