Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 07:18

Dans un couloir bien triste,
un unique mendiant,
abandonné par terre,
attend que quelqu'un passe.

Sa vie est en guenille
comme une histoire raté
et il s'épuise encore
à désirer quelqu'un.

C'est comme un mauvais rêve,
un cauchemar que ce monde.
Il ne sait vraiment plus
s'il peut en réchapper.

Le Dieu qui fit le ciel,
le Dieu de toute Puissance,
entend que l'homme pleure
et il pleure avec lui.

"Ses larmes sont les miennes,
il faut que je lui dise.
J'irai voir le mendiant,
j'oserai lui parler."

"Je me ferai fragile,
je me ferai petit
pour qu'il retrouve en moi
un copain de galère."

"Mais que nous servirait
de souffrir tous les deux.
J'oserai lui dire "je t'aime"
qu'il puisse se relever."

"Je livrerai ma vie
et je prendrai sa place
et c'est l'amour sûrement
qui fera son salut."

"Je veux qu'il me précède,
je me ferai enfant.
Ainsi je montrerai
que je dépend de l'homme."

"Je n'ai de bon plaisir
que de le retrouver,
je n'ai de joie profonde
que quand il me reçoit."

Et c'est ainsi qu'un jour,
Dieu a ouvert le ciel
et qu'il est descendu
rejoindre les homme à terre.



 
Repost 0
Published by tydé - dans Dieu
commenter cet article
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 07:08
Venus avec mes mots porter le monde à Dieu,
Il faut que je n'arrête au mileu des rumeurs
entendre ses mots à lui qui parlent en silence,
ils sont prière pour l'homme, dévoilement de son être

Le temps de reconnaître que ma passion des hommes,
que mon goût de justice, que ma révolte même
me sont laissés par Dieu au temps de son absence,
tout au coeur de la vie, je consens à l'Esprit.

Je ne viens pas plier la volonté de Dieu,
je ne viens briser mon besoin d'exister,
je laisse entrer en moi la présence qui est Dieu.

Je viens pour écouter la liberté qu'elle donne,
je viens pour réveiller mon goût de l'homme debout,
je viens pour l'avenir, je viens ressusciter.
Repost 0
Published by tydé - dans Dieu
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 22:34

Le Dieu que je voudrais pour toi

est liberté bien plus que loi,

derrière la vie presque il s’efface,

à toi, à tous, il cède la place.

 

Ce Dieu du ciel en qui j’espère,

tu le trouveras à ras de terre,

pour que l’hiver se mêle d’été,

pour que la vie soit obstinée.

 

Il n’a parfois que la puissance

d’un tout petit qui vient de naître,

son souffle pourtant qui nous devance

nous veut l’esprit plus que la lettre.

 

Il dit ton nom avec tendresse,

et te dit oui comme une promesse,

il te demande d’être très humain

comme il sut l’être pour être divin.

 

Tantôt amour, tantôt colère,

souvent discret et prévenant,

il veut de toi faire son enfant,

un fils du ciel et de la terre .

 

Tydé

Repost 0
Published by tydé - dans Dieu
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 22:32

 

Le Dieu de mon enfance,

 

tout’ bonté, tout’ puissance,

 

gît là, dans ma télé,

 

 les bras écartelés ;

 

le beau Dieu aux yeux bleus,

 

ce seigneur bienheureux,

 

s’est écrasé par terre

 

comme un trop vieux grand père.

 

 

 

 

 

Bien avant qu’il soit mort

 

l’espoir restait à tort

 

qu’il suffisait d’attendre

 

un bonheur bien plus tendre ;

 

on s’aperçoit sans lui

 

que pas grand chose ne luit

 

pour éclairer les jours

 

qui nous comptent à rebours.

 

 

 

Et je mourrai aussi,

 

comme Dieu lui-même le fit,

 

d’avoir usé mon cœur,

 

sans retour, ni chaleur,

 

et je mourrai en route,

 

comme lui, dans le doute

 

d’avoir peut-être vécu,

mais d’être pourtant vaincu

Tydé
Repost 0
Published by tydé - dans Dieu
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 06:13

L'enfant ne choisit pas 

qu’on veuille le protéger,

il ne décide pas

qu’on préfère le sauver,

et pour lui Dieu n’est rien

sinon cette évidence

que la vie qui le tient

bat en lui en cadence.

 

L’enfant ne choisit pas :

il n’est pas solitaire,

toujours ses premiers pas

veulent un père et une mère.

sitôt qu’il vient au monde,

qu’il s’aventure ici,

il faut bien que le monde

l’accueille chaque aujourd’hui

 

Si Dieu se donne à nous,

c’est en nous qu’il se donne,

sans arme et sans verrou,

pour nous il s’abandonne.

Il n’a de garantie

que l’amour qu’il remet

et d’autre sauve conduit

que le premier d’aimer.

Tydé

Repost 0
Published by tydé - dans Dieu
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de tydé
  • Le blog de tydé
  • : A quoi servent les mots sinon à être dits pour opposer aux maux un peu de notre vie ?
  • Contact

Recherche

Liens